Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Adrian Brown, formateur en anglais et management


A la rencontre des membres du Conseil d'administration de la FNAE

Portrait d'Adrian Brown, formateur en anglais et management, consultant en communication

Je suis d’origine franco-américaine, parfaitement bilingue, marié et père de 4 enfants. De formation littéraire, hypokhâgne en 2002 puis khâgne, j’ai intégré Saint-Cyr en 2007. Ayant quitté l’armée en 2008, je suis entré dans un cabinet d’audit financier à la Défense. Rapidement, en 2010, je me suis lancé comme formateur indépendant en anglais et management, adhérant ainsi au régime auto-entrepreneur depuis ses débuts.

Je fonctionne par le réseau et le bouche à oreille, « à l’ancienne ». Mes deux autres activités - consultant en communication d’influence et officier de réserve auprès du ministère des armées - couvrent des sujets stratégiques et sensibles.

Ma liberté d’entreprendre justement rétribuée

Travailler seul en tant qu’auto-entrepreneur est bien plus avantageux que sous un autre statut. Je parle d’expérience puisque j’ai eu une phase salariée de 2012 à 2015 comme directeur de formation à Paris et, actuellement, je cumule avec le statut d’associé unique de SASU.

Ainsi, je consacre 1 heure par mois aux formalités de déclaration de l’auto-entreprise, alors que la SASU me contraint à prendre un comptable et à passer de nombreuses heures en préparation de documents et pièces. Autant de temps non rétribué réclamé par des tâches au seul profit de l’Etat ! Nul besoin non plus de consacrer des heures non rémunérées à me faire référencer dans le datadock puisque c’est inutile pour les entreprises dans lesquelles j’interviens.

Autre avantage de l’indépendance, cela me donne la souplesse de répondre rapidement aux besoins de tout client qui souhaite faire appel à mes services - ce serait impossible si j’étais salarié ou employeur. Par sa simplicité saine et salutaire, ce statut n’entrave pas ma liberté d’action. Comme c’est le cas de l’auto-entrepreneur qui rapidement lance un chantier pour retaper une maison sans avoir à s’assurer des normes de sécurité imposées à un hypothétique salarié.

Mon objectif avec la FNAE, promouvoir les intérêts des auto-entrepreneurs

Convaincu de la liberté d’entreprendre comme un principe fondamental, j’ai toujours encouragé les tendances qui visent à accroître l’activité économique des citoyens en réduisant la lourdeur administrative. Le statut d’auto-entrepreneur est donc, à mes yeux, un périmètre à défendre par tous les moyens.

Attentif à l’évolution du régime et de sa Fédération depuis leurs créations, je propose à la Fédération une représentation, notamment dans la presse, une animation de réseau et, enfin, une promotion des intérêts par le biais d’articles en ligne.

-