Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Albert Nehama, consultant en microentreprise, à Paris


L’expertise-comptable: ma vocation pour le conseil aux entrepreneurs

J’ai adoré exercer mon métier d’expert-comptable pendant quarante ans auprès de TPE. Avec mes trois collaboratrices, dans mon cabinet dans le 9e arrondissement à Paris, nous intervenions tout au long de la vie de l’entreprise : du choix du statut juridique, fiscal et social avant la création de l’entreprise jusqu’au suivi régulier et personnalisé.

Ayant cédé mon cabinet en décembre 2017, j’ai pris ma retraite en avril 2018 et je me suis inscrit dans le même temps en tant qu’auto-entrepreneur. Je conseille maintenant les futurs microentrepreneurs, et cela me plaît vraiment beaucoup. J’aime diffuser mon savoir et apporter mon expérience, mes acquis. On arrive toujours à trouver une solution.

Mes ateliers pratiques: soutenir et guider l’auto-entrepreneur dans le développement de son projet

C’est en proposant mes services à l’ADIE (Association pour le droit à l’initiative économique) que j’ai découvert le public qui se lance dans la micro-entreprise et, rapidement, j’ai pris goût à l’animation des ateliers. Les miens sont très pratiques, avec un discours le plus parlant possible sur la création d’entreprise, sur les aides comme l’Acre, etc. Il faut que les auto-entrepreneurs repartent avec des réponses précises aux questions qu’ils se posaient.

J’anime également des ateliers dans des associations comme Force Femmes, pour les femmes de 45 ans et plus en recherche d’emploi ou futures créatrices. J’interviens aussi à la Chambre de Commerce dans le cadre du programme 5 jours pour Entreprendre, pour ce qui touche la fiscalité des entreprises et aux prévisions financières. Le choix du statut juridique est un thème que j’aborde chez Pôle Emploi.

Je propose des animations à la Cité des Métiers sur, par exemple, la nécessité d’examiner les dépenses, de déterminer s’il est pertinent ou pas pour un auto-entrepreneur d’opter pour un régime réel.

En rendez-vous individuel, je rencontre l’entrepreneur pendant une heure dans un business center d’un grand hôtel qui met à disposition deux ordinateurs et une imprimante. Sont abordés les points spécifiques qui ont trait à l’activité du créateur et les écueils à éviter. Le format est très souple, et on avance énormément en une heure !  J’accompagne des femmes et des hommes dans leur projet de création et retire une grande satisfaction de ces échanges.

Mon activité d’aide à la décision dédiée aux auto-entrepreneurs

La demande est importante et, malgré la simplicité du régime, un auto-entrepreneur peut se tromper dans ses décisions. Les questions des seuils de chiffre d’affaires et de TVA doivent être bien comprises.  Ce sont de petites affaires, mais elles peuvent se développer rapidement et elles ont besoin de conseils. Si par exemple vous êtes en auto-entreprise la première année avec un chiffre d’affaires qui grossit et des frais importants, cela peut être intéressant d’opter en mai l’année suivante pour le réel.

Je rencontre beaucoup de monde, avec des profils très différents, des projets nouveaux. Riche de ces expériences, j’adapte mon langage en fonction des problématiques de mon interlocuteur. Mon objectif est de fournir des réponses claires à l'auto-entrepreneur et d'établir une relation de confiance. Je souhaite qu'il puisse se consacrer pleinement au développement de son business.

C’est aussi pour cela que je me suis spécialisé dans ce domaine. Je me documente dans les revues fiscales et sociales  pour être toujours bien informé, afin que mes dossiers et mes cours soient illustrés d’exemples actualisés. Au salon des entrepreneurs, il m’est d’ailleurs arrivé de demander des précisions aux inspecteurs de l’Urssaf et des impôts. J’adore cette matière en évolution!

J’ai postulé fin 2018 aux Instances régionales de la protection sociale des travailleurs indépendants (IRPSTI) par l’intermédiaire de la Fédération, ce qui m’a permis de devenir conseiller titulaire de la commission d’action sanitaire et sociale (CASS) dont l’objet est de venir en aide aux cotisants en difficulté.

Riche de mon expérience d’expert-comptable, je me dédie aujourd’hui au conseil aux auto-entrepreneurs. J’accompagne des femmes et des hommes  dans le développement de leur projet et je les informe des écueils à éviter. Forts de nos échanges, nous établissons des relations pérennes basées sur la confiance et qui sont le socle de la réussite des projets.

-