Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Auto entrepreneur : Mélenchon en contradiction avec son discours


Communiqué de presse

Paris, le 26 Février 2018

“Faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais”. Ainsi pourrait se résumer la position de Jean-Luc Mélenchon, député de la France insoumise et candidat à l’élection présidentielle, qui se livre de longue date à une critique acerbe du régime autoentrepreneur.

En 2012, il annonçait vouloir supprimer “cette arnaque de première grandeur”. Il récidivait en 2017 : « Pour l'instant, on avait l'auto-entrepreneur, qui est un auto-esclave ». « Qu’est-ce que l’auto-entrepreneur ? Le travail à la tâche. C'est ce que faisait le docker du 19e siècle quand il prenait la file pour savoir s'il aurait du travail. »

Des paroles aux actes, il y a un “gap”. En effet, selon le compte-rendu de la CNCCFP, plusieurs dizaines de membres de l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon ont été payés en tant qu’auto-entrepreneurs, certains ayant perçu 28.700 euros d’honoraires, soit la quasi-totalité du plafond possible à cette date. Jean-Luc Mélenchon est ainsi le candidat qui a payé le moins de salaires : 7 949 € seulement.

Les autres candidats avaient bien entendu recours à des CDD ; pratique courante et légale dans les organisations des campagnes.

La réalité est que même chez Jean-Luc Mélenchon, le régime séduit ! Cette incohérence entre le discours et les actes doit faire réfléchir : dans une société où le coût du travail est écrasant, où le poids des charges est souvent un repoussoir à l’embauche, où le taux de chômage atteint des sommets, les solutions de souplesse, de flexibilité, de simplicité sont à privilégier

Grégoire LECLERCQ, Président de la FEDAE

L’auto-entrepreneuriat n’a pas été fondé pour suppléer le salariat, même temporaire. Mais cette forme de travail répond de fait à de nombreuses situations, attentes, activités. Le simple fait que l’équipe de campagne de J.L. Mélenchon y ait recours montre que ce régime est structurellement adapté, culturellement accepté, par-delà les postures de façade.

 


0 Commentaire