Entre crise économique et goût d’entreprendre, les ingrédients d’une success story | FNAE
image/svg+xml
Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Exceptionnellement en devenant membre sympathisant (gratuit) vous accédez à tout le contenu du site

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Entre crise économique et goût d’entreprendre, les ingrédients d’une success story


Sommaire

Rendre plus facile le démarrage d’activité entrepreneuriale, telle est la vocation du régime de l’auto entrepreneur. Sa création témoigne aussi peut-être d’une évolution des mentalités : la France étant connue pour ses lourdeurs administratives, il s’agit là d’une tentative pour donner aux Français le goût d’entreprendre ou pour éviter de décourager ceux qui l’avaient déjà.

 

Toutefois, en surfant sur les nombreux forums de discussion consacrés à ce nouveau statut, en prenant la température et en percevant le frémissement qui entoure sa création, on ne peut que se poser la question : pourquoi tant et tant de Françaises et de Français sont-ils intéressés par cette formule qui permet un revenu complémentaire.

Hervé Novelli écrit sur son blog

[1]

« C’est un système souple qui s’adresse aux salariés qui veulent un complément de revenus (à condition de ne pas faire concurrence à leur entreprise), aux retraités qui veulent améliorer leur pension, aux jeunes qui ont besoin d’un peu d’argent pour leurs études ou encore aux chômeurs. »

Il n’avait semble-t-il pas imaginé que les fonctionnaires voudraient être de la partie. Le contexte de crise dans lequel intervient la naissance de ce statut explique peut-être que ces derniers, que la sécurité de l’emploi caractérise, soient à ce point en demande qu’il faille, pour les satisfaire, modifier la loi qui régit leur emploi. « Le succès du dispositif dépasse nos espérances. Depuis le 1er janvier, nous avons enregistré 43 000 déclarations

[2]

. L’une des explications tient à la crise. Dans le contexte économique dégradé que nous connaissons, le régime de l’auto-entrepreneur apparaît comme un moyen de développer un complément d’activité particulièrement bienvenu, sans complexité majeure et sans risque de rappels de cotisations après la cessation d’activité. »

[3]

Alors, paupérisation de la société française ou outil pour plus de créativité et d’esprit d’initiative ? Avec son slogan « Devenez auto entrepreneur, prenez votre destin en main », Hervé Novelli réunit les deux ingrédients du succès du statut : le goût d’entreprendre et la nécessité de se retrousser les manches. Un beau programme… Pour l’un comme pour l’autre, le statut d’auto entrepreneur s’avère être un outil précieux.




[2]

Depuis, le nombre de déclarations s’élève à plus de 135 000.

[3]

Entretien aux Échos du 4 février 2009

 

-


Trustpilot