image/svg+xml
Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Exceptionnellement en devenant membre sympathisant (gratuit) vous accédez à tout le contenu du site

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

La Fédération des Auto-Entrepreneurs demande la réouverture du fonds de solidarité


La Fédération Nationale des Auto-Entrepreneurs (FNAE) a réalisé sa 4e enquête de conjoncture auprès des populations affiliées au régime. Malgré les aides gouvernementales, les auto-entrepreneurs sont nombreux à ne pas voir l’horizon s’éclaircir. La reprise de l’activité est encore faible. Le syndicat professionnel alerte le gouvernement sur la nécessité de rendre le fonds de solidarité à nouveau accessible.  Explications. 

La FNAE vient de réaliser un état des lieux économique s’agissant des conditions de reprise des auto-entrepreneurs auprès de 3305 personnes physiques (03 septembre 2020). Nonobstant les aides gouvernementales et le plan de relance, les affiliés au régime ressentent les effets négatifs de la crise sanitaire. En effet, plus de 70% d’entre eux ne voient pas l’horizon s’éclaircir ; la reprise de l’activité étant encore faible.

Les secteurs d’activités les plus impactés, susceptibles de donner droit au fonds de solidarité, sont la communication/événementiel, le tourisme, le service aux entreprises et le sport, ainsi que les activités de transport/logistique.

Cette dégradation économique intervient malgré les dispositifs gouvernementaux consommés par les auto-entrepreneurs. En effet, ces travailleurs indépendants ont eu recours en masse aux dispositifs en place, mais beaucoup moins depuis cet été. De fait, la FNAE pointe deux problématiques à ce jour : 

  • le fonds de solidarité ne vient plus en soutien des auto-entrepreneurs dont la trésorerie est en décalage avec leurs activités. « Les bénéficiaires du régime qui ont redémarré cette rentrée n’encaisseront leur chiffre d’affaires qu’au dernier trimestre 2020 », explique Grégoire Leclercq, président de la FNAE. 
  • La barrière du code NAF prive un grand nombre d’auto-entrepreneurs de l’aide, alors qu’ils travaillent dans un secteur pourtant soutenu. « Par exemple, les communicants dans le monde de la culture ou du sport sont particulièrement touchés, pour ne citer qu’eux », témoigne la FNAE.

Enfin, les auto-entrepreneurs sont critiques au sujet de l’arrêt brutal du fonds de solidarité, alors que les TPE/PME vont bénéficier d’un plan de relance massif. C’est pourquoi la FNAE propose cette piste au gouvernement : ouvrir à nouveau ce fonds de solidarité pour tous, jusqu’à la fin décembre 2020 avec une aide dégressive, et le rendre accessible à tous les secteurs, en exigeant un justificatif de diminution du chiffre d’affaires en contrepartie. « Cela éviterait la radiation d’environ 200.000 à 300.000 auto-entreprises », estime la FNAE.

Cette approche progressive permettrait à la fois de sauver les structures les plus en difficulté tout en optimisant les fonds publics de soutien. Consciente de cet enjeu, la FNAE est prête à dialoguer avec les pouvoirs publics

Retrouvez notre dossier complet coronavirus : Comprendre les impacts sur votre activité

-

Fichier attachéTaille
Icône PDF enquete_du_03_septembre_2020.pdf574.26 Ko

Trustpilot