fbpx La FNAE milite pour des JO avec les auto entrepreneurs | FNAE
image/svg+xml

JO 2024 : autorisons les auto entrepreneurs à prendre le relais !

Sommaire

Les Jeux Olympiques et Paralympiques, dont le coup d’envoi sera donné le 26 juillet, représentent un défi colossal en termes d’organisation et de personnel, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration, de la sécurité, du transport.

Alors que Paris s'apprête à accueillir des millions de visiteurs en quelques semaines, et que les entreprises s'inquiètent déjà de la pénurie de main-d'œuvre, la FNAE se mobilise pour promouvoir l'intégration des indépendants, en particulier les micro-entrepreneurs, en capacité de répondre à ce surcroît d'activité et de contribuer à la réussite de cet événement exceptionnel.

La voix de la FNAE dans la presse

La FNAE soutient activement sur les ondes la participation des indépendants et auto entrepreneurs aux JO avec une tribune cosignée dans les Echos par la FNAE avec le GRH (Groupement des Hôtelleries & Restaurations de France) et France Digitale (association de start-ups de la Tech), une interview de notre président et fondateur Grégoire Leclercq sur BFM Business et une intervention de Laurent Hily, sur France Info, notre trésorier et co-fondateur de la Fédération. Une même évidence s’impose : pour réussir les JO et l’accueil des visiteurs, il est nécessaire de permettre aux indépendants de participer et répondre aux besoins économiques !

Laissez les indépendants travailler!

Avec la pénurie de main-d'œuvre qui s’affirme comme un enjeu majeur des JO, Grégoire Leclercq souligne que “pour réussir les JO, on a besoin de toutes les forces vives de la nation !” Et souligne qu’il est aujourd’hui “quasiment illégal, en tout cas très difficile, de faire appel à un auto-entrepreneur même en sous-traitant” pour des raisons liées à la juridiction du travail. Pourtant, le secteur de l’hôtellerie-restauration avance déjà des chiffres impressionnants avec 360 000 postes à pourvoir dans des délais très brefs ! Grégoire Leclerc appelle à un moratoire : “Pendant 2 mois, laissez les indépendants travailler !

Vers un assouplissement des règles pendant les JO ?

Le président de la FNAE est par ailleurs en discussion avec l’Urssaf dans l’optique de mettre en place une tolérance pendant ce temps particulier des JO. Un assouplissement afin que les entreprises puissent recourir sans risque au travail des indépendants, à l’image des extras ou des intérimaires. Quitte à mettre en place des modèles de contrat et des règles spécifiques. Un assouplissement temporaire serait en phase avec les efforts de simplification de la vie des entreprises clamée par le gouvernement en plus qu’être salutaire pour la réussite des JO !

Des solutions à court et moyen terme

Assumer la réalité du terrain pour avancer

Laurent Hily, sur France Info, relaie le même message autour du recours aux indépendants pour faire face au surcroît d’activité pendant les JO et au besoin de personnel. Parce que le recours aux auto entrepreneurs dans l'hôtellerie-restauration est une réalité, “Il faut arrêter les combats d'arrière-garde ! Aujourd'hui on est en 2024, c'est une réalité, il faut la prendre en compte et ça ne sert à rien de la nier. Il faut faire avec et surtout, on ne reviendra pas en arrière. Donc, il faut arrêter de dire qu'il n'y a que le CDI qui existe et il faut justement mixer emplois-salariés et emplois-indépendants, pour faire face notamment aux périodes de pointe.”

Des contrats de prestation de services redéfinis

Pour faire avancer cette situation de blocage et de complication dans la vie économique française, Laurent Hily propose des solutions concrètes : “Selon nous, la première chose, qui peut aller très vite, c'est de mettre en place un modèle de contrat de prestation de services.” 

La solution du précompte

Au-delà des JO, selon la FNAE et la voix de Laurent Hily, l’évolution de cette situation de blocage pourrait passer par le précompte. “La deuxième étape, c'est effectivement pour éviter les dérives, à la fois des donneurs d'ordre indélicats, mais aussi des autoentrepreneurs qui ne déclarent pas leur chiffre d'affaires (parce qu'il ne faut pas le nier, c'est aussi une réalité) de mettre en place le précompte des cotisations, dispositif qui existe déjà au niveau des artistes-auteurs et qui est en train aussi d'être mis en place pour les plateformes.”

 

De nombreux acteurs économiques, à l’instar de la FNAE, militent pour que les indépendants et auto entrepreneurs soient enfin considérés à leur juste mesure : des acteurs importants de la vie économique. Espérons que les JO permettront de faire avancer les mentalités, les pratiques ainsi que le cadre législatif…

-


Comme 80.000 membres avant moi, je me joins au mouvement
J'adhère à la Fédération dès 12€ / an

Adhérer à la FNAE

Trustpilot