Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Laetitia Vanoye, vente de bijoux et accessoires de mode


A la rencontre des membres du Conseil d'administration de la FNAE

Portrait de Laetitia Vanoye, créatrice de bijoux et vente en ligne à Colombes

Angers, Paris, l’Asie, les Antilles, Nantes… je vis maintenant à temps partagé entre Colombes et l’île-d’Yeu, fabriquant mes bijoux, les vendant en ligne avec d’autres accessoires de mode. Je travaille beaucoup, veillant à ma présence dans les ventes éphémères en région parisienne, sur les marchés de l’île-d’Yeu. Mon histoire s’est écrite au fil du temps, au gré de ma vie de famille… à l'abri des lézards, ma référence aux Antilles et à l'île-d'Yeu!

Mes débuts dans la gestion et la mode

Avec mon Magistère en gestion et mon master à l’Institut français de la mode (IFM), j’ai commencé comme acheteuse pendant cinq ans pour une marque de vêtements, d’abord en Asie puis dans le Nord de la France. Cela m’a beaucoup plu de mêler ainsi les chiffres et ces produits.

Puis, au gré des mutations professionnelles de mon mari en France et à l’étranger, j’ai travaillé dans l’industrie textile du Nord, donné des cours d’achat et de merchandising à Nantes, Cholet, fait de la gestion de projets à Paris…. Et peu à peu, la famille s’est agrandie.

La Martinique, le temps venu d’être autoentrepreneure

C’est aux Antilles, en 2009, que je me suis lancée dans le commerce : il n’y avait pas trop d’offres me correspondant sur place, et j’ai toujours aimé fabriquer des bijoux. Alors c’était le bon moment et le bon statut en étant auto-entrepreneure : pas de chiffre d’affaires, pas de charges. J’ai commencé à vendre mes bijoux et mes foutas en ligne ainsi que dans de petites ventes éphémères locales, et mon offre a tout de suite plu : mes produits, mais aussi le fait que je dise rarement non pour une réparation… de l’après-vente jusqu’à 3 ans parfois !

A notre retour en France en 2012, j’ai souhaité développer davantage mon site Internet et la vente en ligne. En fait, tout s’est fait progressivement, au gré de ma vie de famille – nous sommes désormais 6 à la maison. C’est souple car je suis seule dans mon activité, sans trop de pression financière, mais c’est intense.

A l’abri des lézards, ma référence à l'île-d'Yeu comme aux Antilles

Organisée sur la semaine, les mois, l’année

Chaque jour je m’organise, suivant la période de l'année : je crée, je prépare mes ventes du week-end, je travaille sur mon site. Mon activité change en fonction des mois : une dizaine de week-ends de vente de mars à mai pour la fête des mères et les fêtes religieuses en vue des communions – c’est mon marché de niche ; j’enchaîne non-stop du 15 juillet au 28 août sur le marché de l’île-d’Yeu ; en septembre, relâche ;  puis ce sont les ventes éphémères de Noël en région parisienne de mi-novembre à mi-décembre dans les écoles, les paroisses, petits marchés…

Je suis arrivée à mon maximum, tant humain qu’en chiffre d’affaires. J’aime ce que je fais, même si c’est parfois un peu dense. Le rythme décalé me plaît, l’organisation mise en place pour la famille : les rendez-vous médicaux en périodes creuses, une personne à temps plein l’été en relais avec mon mari. Nous y arrivons, d’autant que les enfants sont de plus en plus autonomes, même à 6 ans.

Me perfectionner, transmettre avec la Fédération

Comme je n’aime pas trop la routine, chaque année j’essaie de me former et de me perfectionner : en 2019, Instagram et Facebook sont au programme. C’est d’ailleurs en pleine recherche de formation que j’ai découvert la Fédération des auto-entrepreneurs : je cherchais une formation sur le référencement naturel lorsqu’une annonce m’a interpellée, celle de la FNAE ! Un moment j’ai cru qu’il y avait des haut-parleurs chez moi… Depuis, j’ai eu de nombreux contacts, beaucoup d’échanges par téléphone et par mail, puis aux Assises en septembre.

Sollicitée, j’ai décidé de m’investir et de répondre pour le compte de la Fédération aux questions de mon domaine : la vente en ligne, ma pratique du statut d’auto-entrepreneur et ma bonne connaissance de la gestion. Faire partie du bureau de l’association, c’est aussi évoluer. Mon passage sur Europe 1 en février 2018 a été un peu sportif, mais c’était intéressant, et celui à l’AFP en janvier 2019 m’a encore permis d’évoquer les différents aspects de mon activité de vente en ligne ! Pour moi, nous réunir, c’est faire l’inventaire des ressources et des besoins.

A l’abri des lézards fait référence aux Antilles et à l’île d’Yeu, deux endroits que j’aime. Mes bijoux sont abordables, dans l'air du temps. Ils durent, résistent à l’eau... c’est précieux au bord de la mer.

-


0 Commentaire