Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Micro-entreprise : un régime toujours attractif dix ans après sa création


Communiqué de presse

Mercredi 17 juillet 2019

Dix ans après son lancement, la micro-entreprise compte près de 1,4 million de personnes. C’est que révèle la publication de l’Acoss parue ce 16 juillet. En 2018, le régime a enregistré 15% d’inscriptions supplémentaires, régime qui représente désormais 42 % des travailleurs indépendants, avec un poids notable dans l’économie française. Réaction de la Fédération Nationale des Auto-Entrepreneurs.

Malgré de multiples réformes depuis sa création, la micro-entreprise, qui fête ses 10 ans, continue sa progression. C’est ce que constate Grégoire LECLERCQ, le Président de la Fédération Nationale des Auto-Entrepreneurs (FNAE) qui a noté avec intérêt que le régime venait d’atteindre les 1,4 million de personnes. C’est aussi ce que révèle l’enquête publiée par l’Acoss hier qui précise par ailleurs qu’un million de bénéficiaires sont désormais économiquement actifs. Des chiffres qui analysent la période 2018 mais qui permettent aussi de dire que la France compte deux fois plus de micro-entrepreneurs qu’en 2011.

Ces données confirment l’appétence de la population pour le droit à entreprendre dans la sécurité et la simplicité mais aussi les bons chiffres de la création d’entreprises dans l’Hexagone. Désormais, la micro-entreprise s’est fait un nom et une place dans l’économie nationale ; ce qui explique que 42% des travailleurs indépendants aient opté pour elle.

Embellie économique

2018 restera donc comme une année faste pour la Fédération Nationale des Auto-Entrepreneurs qui, au-delà des 15% d’inscriptions supplémentaires, note que le chiffre d’affaires global déclaré s’établit à 12,4 milliards d’euros en 2018. C’est-à-dire une progression de 24,9% de plus qu’en 2017. Une embellie qui se justifie par deux facteurs : le nombre de micro-entreprises économiquement actives en augmentation de 13% et un chiffre d’affaires moyen en augmentation de 10 points. “Ce vent favorable à l’activité provient en partie du doublement des plafonds de chiffres d’affaires” explique le Président de la FNAE, qui note que 53000 personnes sont passées à la TVA.

Un dynamisme réel

Le nombre de micro-entrepreneurs ayant déclaré un chiffre d’affaires positif grimpe de +13,7% mais dans une proportion moindre qu’en 2017. Sachant que le C.A. moyen par trimestre et par bénéficiaire a été estimé à 4112 euros.

Régime intergénérationnel

Choisie par des jeunes qui testent une idée aux seniors qui veulent se maintenir en activité ou aux chômeurs qui veulent rebondir, la micro-entreprise s’est taillée une part au soleil auprès de toutes les tranches d'âge de la population. “20% des micro-entrepreneurs ont moins de 30 ans. 12% plus de 60 ans. 40% sont des femmes. En plus du pari de la simplicité de gestion, le régime sait rassembler toutes les générations”, apprécie Grégoire LECLERCQ

Des secteurs en progression

Parmi les activités qui progressent à grande vitesse, les transports. L’essor des plateformes de livraison à domicile joue à plein. L’immobilier fait aussi une percée tout autant que le secteur du nettoyage, des activités sportives et de la santé. Ensemble, ils représentent les domaines les plus plébiscités pour s’installer en micro-entreprise.

Un développement régional

Si l’Île-de-France tout comme la région Auvergne-Rhône-Alpes sont les plus dynamiques tant en effectifs qu’en activités, le régime se développe dans toutes les régions de manière assez homogène. Le chiffre d’affaires affiche une croissance de même nature.

Ces grands ensembles sont encourageants et démontrent que le régime s’est démocratisé. Nous devons être fiers de cette force économique montante, qui joue à la fois son rôle social en facilitant l’accès à la création, y compris aux populations défavorisées, et son rôle économique en contribuant à la croissance et aux cotisations sociales

synthétise le Président de la FNAE.

 

-