Présidentielles 2012 l'auto-entrepreneur tué par 2 candidats
image/svg+xml

Présidentielles : le régime de l’auto-entrepreneur tué par deux candidats


Sommaire

Des candidats à la présidentielle veulent tuer l'autoentrepreneur

La Fédération des auto-entrepreneurs (Fnae) ne mâche pas ses mots : les candidats à l’élection présidentielle qui souhaitent modifier le régime en profondeur veulent le tuer !
 
Répondant certainement aux lobbies de l’artisanat et du bâtiment qui œuvrent pour abattre ce régime depuis maintenant 3 ans, ils proposent de revenir durablement sur un régime qui a pourtant fait ses preuves : 1 million de bénéficiaires, 600 millions de recettes fiscales pour l’Etat, 6 milliards de chiffre d’affaires générés en à peine trois ans.
 
S’ils écoutent les protestations des artisans, pas uns ne prend en revanche la peine de se tourner vers les organismes représentatifs des auto-entrepreneurs, fait remarquer Grégoire Leclercq, président de la Fnae.
 
Que ce soit François Hollande qui affirme que pour « soutenir la création de vraies TPE et décourager la précarité, nous reviendrons sur le statut d’auto-entrepreneur » ou François Bayrou qui trouve que « ce statut doit s'interrompre au bout de quelques années, peut-être trois ans » lors de l’émission « Parole de candidats » sur TF1 (4min40s), les candidats font des propositions infondées :

  • Parce que mal documentées sur ce dossier, la preuve est faite quand ils confondent encore statut et régime
  • Parce que ne proposant aucune solution : que deviendront les auto-entrepreneurs après 3 ans d’activité ?
  • Parce que trop partiales : jamais les cabinets de ces candidats ne se sont tournés vers la Fnae pour prendre notre avis sur le sujet

 
« Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que limiter ce régime dans le temps revient à le tuer, précise le Président de la Fnae. Forcer les auto-entrepreneurs à changer de régime et à modifier totalement la gestion de leur entreprise pour des fausses questions de concurrence n’aboutira à rien d’autre qu’à des radiations massives et à une explosion du travail souterrain. Suivre cette voie, c’est s’engager dans une marche arrière pour notre économie et pour les finances publiques », conclut-il.
 
« Nous sommes un million et nous votons. Le moment venu, nous nous exprimerons pour ceux qui feront le choix du droit à travailler, à entreprendre et qui ont la volonté de libérer les énergies et les talents. Nous combattrons clairement ceux qui cèdent aux lobbies et à l’électoralisme par vanité ou par peur »  prévient la Fédération, qui soutient l’initiative du Mouvement des auto-entreprises de France dans ce même combat.

Source : communiqué de Presse diffusé le 22/02/2012

-


Comme 80.000 membres avant moi, je me joins au mouvement
J'adhère à la Fédération dès 9€ / an

Adhérer à la FNAE

Trustpilot