Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Rapport "Emploi et revenus des indépendants" de l'lnsee édition 2015


Ce numéro de la collection « Insee Références » offre un nouveau regard sur les travailleurs indépendants, catégorie réunie par l'absence de lien de subordination à l'égard d'un donneur d'ordre. Il est publié en février 2015 sur la base des chiffres de l'entrepreneuriat fin 2011.
Cet ouvrage de 156 pages est fouillé, complet et très documenté.

En France, 2,8 millions de personnes exercent une activité non salariée à titre principal ou en complément d’une activité salariée fin 2011. Exploitants agricoles, commerçants, artisans ou professionnels libéraux, ils exercent plus fréquemment que les salariés dans la construction, le commerce ou la santé.

De 2006 à 2011, hors agriculture, les effectifs de non-salariés progressent de 26 %, et plus encore dans certaines activités de service : conseil de gestion, design, informatique, activités artistiques et récréatives ou enseignement, notamment.

Ce dynamisme s’explique en partie par le succès du statut d’auto-entrepreneur : fin 2011, 487 000 auto-entrepreneurs sont économiquement actifs, soit un non-salarié sur cinq, hors agriculture. 33 % d’entre eux exercent une activité salariée en complément de leur activité non salariée, contre 10 % des non-salariés « classiques ».

En moyenne, les non-salariés « classiques » gagnent 3 100 euros nets par mois. Les secteurs les moins rémunérateurs sont le commerce hors magasin (sur les marchés, à distance ou par d’autres canaux), les arts et spectacles, la coiffure, les taxis et l’enseignement ; à l’autre extrémité de l’échelle, les revenus moyens sont les plus élevés dans les professions juridiques, la médecine ou le commerce pharmaceutique.

Les auto-entrepreneurs gagnent en moyenne 460 euros par mois, avec peu de différences selon les secteurs.

Les inégalités de revenu d’activité sont plus marquées parmi les non-salariés que chez les salariés du privé. Parmi les non-salariés « classiques », hors agriculture et hors revenus nuls, la moitié la moins rémunérée ne concentre que 15 % des revenus (contre 25 % pour les salarié), tandis que les 10 % les mieux payés en concentrent 41 % (contre 33 % pour les salariés).

Fin 2011, en France, 3 millions de personnes dirigent une entreprise, dans l’ensemble des secteurs d’activité. Ces entrepreneurs ont un point commun qui les différencie des autres travailleurs : l’absence de contrat de travail et de lien de subordination juridique à l’égard d’un donneur d’ordre. Pour le reste, ils présentent une très grande variété de profils :

  • pour certains, il s’agit de leur activité principale
  • pour d’autres d’une activité de complément
  • certains emploient des salariés, d’autres non
  • certains sont les seuls dirigeants de leur entreprise
  • dans d’autres cas plusieurs personnes partagent cette responsabilité
  • les statuts sous lesquels ils exercent sont également variés.

Les « indépendants » désignent dans cette vue d’ensemble ces 3 millions de dirigeants d’entreprise, en référence à leur absence de lien de subordination.

  • la très grande majorité d’entre eux (2,8 millions) sont affiliés à un régime de protection sociale des travailleurs non salariés (ils sont entrepreneurs individuels « classiques », auto-entrepreneurs ou gérants majoritaires de société)
  • les autres (168 000) ont un statut de salarié de leur entreprise : ils sont présidents ou directeurs généraux de sociétés anonymes, présidents de sociétés par actions simplifiées ou gérants minoritaires de sociétés

Les non-salariés représentent une personne en emploi sur dix, à peine plus d’une sur vingt en petite couronne parisienne et jusqu’à une sur cinq dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes. Davantage présents dans les activités où les petites et moyennes entreprises sont nombreuses et où la relation de proximité est privilégiée, ils se répartissent différemment des salariés du privé entre les secteurs d’activité. Ainsi, hors agriculture, la moitié d’entre eux exercent leur activité dans le commerce et l’artisanat commercial (21 %), la santé et action sociale (17 %) et la construction (14 %), alors que ces secteurs ne rassemblent que le tiers des salariés du privé. Ils sont également surreprésentés dans certains services aux particuliers (hébergement et restauration, arts et spectacles, coiffure ou autres services personnels). À l’inverse, dans les secteurs davantage soumis à la concurrence internationale, où les grandes entreprises prédominent et où les investissements de départ sont élevés, les non-salariés sont peu présents. Ainsi, moins de 5 % d’entre eux travaillent dans l’industrie (hors artisanat commercial) contre 16 % des salariés du privé ; ils exercent principalement dans l’ameublement, l’habillement, la réparation et l’installation de machines et équipements, ou dans d’autres activités peu capitalistiques telles que la fabrication d’instruments, de prothèses ou de bijoux fantaisie. Par rapport aux salariés du privé, les non-salariés sont également sous-représentés dans les services aux entreprises et mixtes, notamment dans les services administratifs et de soutien aux entreprises (nettoyage, sécurité) ou dans les activités financières et d’assurance.

On y trouve dans ce dossier :

  • Emploi et revenus des indépendants
  • Panorama de l'emploi et des revenus des non-salariés
  • Un focus sur les revenus non agricoles dans les foyers d'agriculteurs
  • Les revenus d'activité des médecins libéraux récemment installés
  • Les non-salariés dans les activités culturelles
  • Le patrimoine des indépendants
  • 9 fiches : Dirigeants d'entreprise - Effectifs et revenus d'activité par grand secteur - Disparités de revenus des indépendants « classiques » - Pluriactivité - Emploi et revenu selon le sexe...
  • 9 fiches : Agriculture - Industrie hors artisanat commercial - Construction - Commerce et artisanat commercial - Transports et entreposage - Services aux entreprises et services mixtes - Services aux particuliers hors santé - Santé et action sociale - Professions libérales

-

Fichier attachéTaille
Icône PDF Lire l'étude complète1.58 Mo