Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Rapport de l’APCE : profil des autoentrepreneurs et de leur entreprise


Le 21/06/2013, l'APCE publiait une synthèse de 16 pages sur le profil des autoentrepreneurs et de leur entreprise.

58 % des auto-entrepreneurs exercent leur activité à titre principal. Pour les autres, il s’agit donc d’une activité de complément (42 %).

Ce document de synthèse présente le profil des auto-entrepreneurs et de leur entreprise en distinguant les activités complémentaires des activités principales.

Il a été élaboré à partir d’une note d’analyse de l’APCE intitulée « Les auto-entrepreneurs : des créateurs et des entreprises aux profils variés », et à partir des statistiques issues de l’enquête Sine de la génération 2010 (Insee), sur deux phases d'enquête (2010 et 2013). A partir des fichiers individuels mis à disposition par l’Insee, l’APCE procède à l’exploitation de ces fichiers et à l’analyse des statistiques qui en sont issues.

Conclusions générales
42 % des auto-entrepreneurs pratiquent une activité de complément (salariés et retraités) et 58 % exercent donc leur activité à titre principal.

Ce nouveau régime concerne essentiellement de petits projets : 43 % des auto-entrepreneurs ont monté leur projet sans moyens financiers particuliers et parmi ceux qui ont eu besoin de capitaux, 59 % ont mobilisé moins de 2 000 €. Du fait de ces faibles capitaux, la grande majorité des auto-entrepreneurs ont utilisé leurs seules ressources propres pour les financer.

La distinction entre les activités principales et les activités complémentaires permet de mettre en avant que les projets des auto-entrepreneurs en activité principale :

  • sont plus ambitieux (montants engagés dans les projets plus importants)
  • ont des résultats financiers plus élevés.

Pour la quasi-totalité des auto-entrepreneurs, ce régime présente des avantages : principalement le paiement des charges simplifié (67 %), la facilité et la rapidité de l’inscription (57 %) et la simplification de la gestion comptable (52 %). Cependant, des inconvénients sont aussi perçus (pour 84 % des auto-entrepreneurs) et notamment, la non-déductibilité des investissements, de la TVA et des charges (47 %), les seuils de chiffres d’affaires trop bas (36 %) et le manque d’informations précises sur le régime (30 %).

Toutes les créations d’auto-entreprises ne donnent pas lieu à une pratique immédiate de l’activité : 14 % déclarent ne pas encore avoir commencé leur activité et plus largement, en moyenne 6 mois après la création, 40 % des entreprises n’ont toujours pas réalisé de chiffre d’affaires.

La majorité des auto-entrepreneurs en activité envisagent de développer leur activité (63 %). Il faut également noter que 19 % déclarent vouloir adopter un autre régime, que 9 % souhaitent embaucher des salariés et que 11 % envisagent de passer d’une activité de complément à une activité à temps plein.

-

Fichier attachéTaille
Icône PDF Rapport APCE INSEE 2013117.44 Ko