Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Stéphanie Guainebé, secrétaire indépendante, formatrice


A la rencontre des membres du conseil d'administration de la FNAE

Portrait de Stéphanie Guainebé, secrétaire indépendante et formatrice à Orléans

J’ai 45 ans, trois enfants… des triplés ! Ils ont maintenant 19 ans, mais j’ai eu un bon entraînement dans mon organisation en les élevant, d’autant que j’ai recommencé à travailler à leurs 18 mois. Mon métier de préparatrice en pharmacie n’était guère compatible avec les horaires d’une maman, et j’ai choisi de changer d’orientation.

Mes formations, mes envies d’avancer

En 2001, suite à des travaux réalisés dans une maison, un grossiste sanitaire chauffage a souhaité que j'intègre son agence. Ma venue, quelques semaines plutôt, avec plan côté, descriptif de choix sanitaires, l'avait interpellé car il cherchait une conseillère de vente. J'y suis restée 14 ans !

En 2010, j'ai suivi, en cours du soir, une formation de Gestion - Comptabilité" par l'EFC (École Française de Comptabilité). En 2015, j'ai répondu à une annonce d'artisan qui cherchait une assistante de direction, afin de lui gérer ses 5 sociétés. Mon CV, comprenant cette expérience dans le monde du bâtiment et de la gestion, lui a beaucoup plu et m'a embauchée.

En 2016, j'ai souhaité aller plus loin dans le monde de la gestion d'entreprise et me suis inscrite à l'ADEA (Assistante de Dirigeant des Entreprises Artisanales), formation effectuée à la CMA (Chambre des Métiers et de l'Artisanat) du Loiret. Après 24 mois de formation en gestion - comptabilité, communication - relations RH, secrétariat - bureautique, stratégies et techniques commerciales, j'ai obtenu mon diplôme avec beaucoup de fierté. Reprendre des études à 43 ans, ce n'est pas évident de tout concilier ! 

En mars 2018, suite à un entretien avec mon employeur me faisant comprendre qu'il n'y aurait aucune évolution pécuniaire, je décide de me mettre à mon compte.

2018, assistante, formatrice, mon auto-entreprise

Le 1er octobre 2018, j’ai commencé mon activité en tant que secrétaire indépendante. 45 ans, c’est le bon moment pour me lancer, avec vingt ans devant moi ! C’est un petit bébé que je veux voir grandir, avec lequel je veux évoluer.

Dans le même temps, j’ai obtenu mon certificat de compétences de formatrice en entreprise. J’aime faire connaître mon savoir dans différents domaines, aider les autres avec toute la bienveillance dont je suis capable. L’injustice me met hors de moi, et ma tranche d’âge, les 35-55 ans, a selon moi une vraie prise conscience des mouvements de cette société. Je mets vraiment du sens dans le mot solidarité. Pour moi c’est important, c’est une part de mon engagement auprès de la Fédération : connaître les lois, me tenir au courant, transmettre…

Tellement d'entrepreneurs se sentent seuls face au régime

Du travail, de l’organisation… et du réseau

Mon bureau est à la maison, et je suis hyper réactive dans tout ce que je fais. Toujours connectée, je réponds très vite aux mails. J’aime mes journées bien remplies : quand on fait les choses avec plaisir, cela se fait tout seul. Je n’appelle pas ça du travail. D’ailleurs, mon organisation me laisse le temps pour les loisirs, l’équitation et la marche.

Je rencontre beaucoup d’entrepreneurs afin d’élargir mon réseau sur Orléans et Montargis. J’intègre aussi le Loir&Co, association où je suis la seule secrétaire indépendante. Il y a également les réunions d’information au BGE entre entrepreneurs.

C’est ainsi que j’ai repéré le Working Dej’ de la Fédération à Orléans. J’y suis allée pour rencontrer des personnes et comprendre tout ce qu’il y a à savoir sur la microentreprise. La présentation a été complète, mais il y a encore tellement de questions d’entrepreneurs qui se sentent seuls  face au régime! Dans mon domaine, les artisans qui se lancent ont besoin d’informations concrètes sur la réglementation. Par exemple, il faut veiller à ce qu’ils soient à jour de leurs obligations : proposer un devis même à zéro euro, soumettre à leurs clients un bordereau de rétractation.

De mon côté, une amie juriste m’a aidée à constituer mes conditions générales, 4 pages ! Après la période de démarrage consacrée au commercial et à l’administratif, mes premiers clients sont arrivés en novembre 2018, via le réseau. J’ai établi des devis pour une période déterminée, qu’ils ont validés aussitôt. Cela me permet de savoir où je vais pour atteindre mon objectif mensuel, et eux de prévoir leur budget.

Et tout cela n'est que le début d'une belle aventure.

Retrouvez-moi sur ma page Facebook ADGS performances et Linkedin.

-