L'auto-entreprise, la solution à la crise | FNAE
image/svg+xml

L'auto-entreprise, la solution à la crise


Paris, le 29 janvier 2015

 
 
L’auto-entreprise a toujours le vent en poupe. La note de conjoncture de l’Insee de ce mois de janvier 2015 indique que 283 400 créateurs ont opté pour ce régime en 2014, soit 74 % des créations d’entreprises individuelles en France.  Explications.
 
 
283 400 auto-entrepreneurs de plus en 2014. Voilà une nouvelle dont se félicite la Fédération des Auto Entrepreneurs puisque 2013 avait été marquée par un repli suite à la cacophonie orchestrée par la Ministre Sylvia PINEL qui voulait éteindre ce dispositif entrepreneurial.
 
« Cette embellie générale profite à l’industrie qui bénéficie d’un regain d’immatriculations d’auto-entrepreneurs » note Grégoire LECLERCQ, Président de la Fnae. Dans ce secteur, les trois activités qui progressent sont la préparation à l’édition, la fabrication d’articles de bijouterie fantaisie et articles similaires, la fabrication de vêtements.
 
La hausse des créations s’accélère particulièrement dans le transport et l’entreposage. De nouvelles entreprises se consacrent au transport de voyageurs par taxis. Cet essor reflète le développement des véhicules avec chauffeur (VTC) suite à l’entrée en vigueur, en octobre 2014, de la loi Thévenoud.
 
Géographiquement, les créations régionales culminent en Bourgogne (61 %), à l’inverse de la Corse ou des DOM où ce régime est moins prisé (respectivement 48 % et 28 %).
 
Depuis sa mise en place, il est à noter que le régime est choisi par une majorité de créateurs ; une préférence qui se stabilise à 51 %, après l’engouement des premières années. À l’opposé, le nombre de créations d’autres entreprises individuelles s’infléchit en 2014 (– 3 %), après une forte hausse en 2013 (+ 26 %) précédée de quatre années successives de baisse. Globalement, les créations d’entreprises individuelles n’augmentent que très légèrement (+ 2 % après – 3 %).
 
Si la tendance confirme que tous les auto-entrepreneurs en période de développement ou d’assise de leur activité ne génèrent pas un niveau de revenu toujours conséquent, rappelons que le potentiel économique est - comme pour toutes les formes d’entreprises - obéré par la crise.
 
Reste maintenant au pouvoir public de prendre la mesure du poids économique et social du régime de l’auto-entreprise qui a généré 7.3 milliards de chiffre d’affaires et plus d’un milliard de cotisations sociales et fiscales en 2014. Dans ce dernier domaine, davantage de lucidité et de stabilité sont attendus.
 
 


Trustpilot