Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Commentcamarche.net présente la Fnae : l'outil pour se lancer à son compte


L'auto-entreprenariat, un excellent statut pour se lancer à son compte

En février 2014, le réseau des URSSAF dénombrait 974 000 auto-entrepreneurs actifs, soit 154 900 de plus qu'en 2012. Un statut qui a le vent en poupe pour les nombreux avantages qu'il représente lorsqu'on veut lancer sa propre activité. Mais qui dit auto-entrepreneur dit aussi solitude, et Emmanuel Guilbert, auto-entrepreneur et formateur professionnel, explique au micro de Delphine Lalande, journaliste, comment la Fédération des Auto-entrepreneurs (la Fnae) a pu l'aider sur de nombreuses questions pratiques.

Comment ça marche - Pouvez-vous présenter votre activité en quelques mots ?
Emmanuel Guilbert - Je suis formateur professionnel indépendant dans le domaine de la restauration, de la vente, du commerce, j'accompagne aussi les auto-entrepreneurs et ceux qui souhaitent le devenir dans la gestion de projet et la stratégie d'entreprise.

Depuis quand êtes-vous auto-entrepreneur ?
J'ai le statut d'auto entrepreneur depuis octobre 2011.

Qu'est-ce qui vous a motivé à devenir entrepreneur ?
L'envie d'être indépendant avant tout ! Et parce que c'est un statut confortable avant de se lancer. J'avais besoin de reprendre mon indépendance. Et puis être (auto)entrepreneur c'est un état d'esprit. Je suis formateur à la base, mais je ne voulais dépendre d'aucun centre de formation. Je veux pouvoir aller où je veux, changer, ne pas m'installer dans une routine, faire évoluer mes cours... Je n'aime pas les choses statiques !

Quelle(s) activité(s) exerciez-vous avant de devenir auto-entrepreneur ?
J'avais créé une agence événementielle en micro-entreprise, mais avec le rappel des charges 3 ans après, c'est un statut qui ne me convenait pas du tout. J'ai aussi été chef de rayon (caviste) dans la grande distribution, mais des ennuis de santé ne m'ont pas permis de le rester.

Qu'est-ce qui vous a freiné dans cette démarche, quelles difficultés avez-vous rencontrées ?
Personnellement je n'ai pas été freiné dans ma démarche. Mais parmi les difficultés que peuvent rencontrer les gens qui veulent devenir auto-entrepreneur, il faut savoir qu'on se crée très (trop) rapidement un statut d'auto-entrepreneur en pensant que ça va être un petit boulot, alors qu'on a des responsabilités de chef d'entreprise.
L'autre problème que peuvent rencontrer les auto-entrepreneurs quand ils veulent se lancer, c'est qu'ils peuvent être mal renseignés au départ, tout dépend sur qui on tombe.

Quels sont les avantages d'un tel statut ?
C'est un excellent tremplin pour se lancer, et il faut le considérer comme tel. Mon objectif est d'évoluer, de développer mon activité et de changer de statut pour devenir indépendant et créer une entreprise. L'auto-entreprenariat, c'est un excellent tremplin, un bon test avant de se lancer en douceur, sans violence. On n'a pas de mauvaises surprises au niveau des charges sociales par exemple, ça offre plus de sécurité.

Comment avez-vous connu la Fédération des auto-entrepreneurs ?
Sur internet, en cherchant des infos sur l'auto-entreprenariat sur Google.

De quelle manière la fédération vous a-t-elle aidé à devenir auto-entrepreneur ?
Une fois qu'on est adhérent (59€ à l'année), on peut bénéficier de conseils pratiques via l'assistance téléphonique.
La Fnae m'a notamment aidé par rapport à tout ce qui touche à la réglementation : où dois-je m'enregistrer une fois que j'ai le statut d'auto-entrepreneur, à la CCI ? A l'URSSAF ? Et sur des cas pratiques comme la rédaction de contrat. Ils m'ont aussi apporté une aide juridique sur le cas d'un client réticent qui ne voulait pas payer. On peut se sentir très seul dans ce cas, on n'ose pas demander, on peut avoir l'impression de déranger, l'interlocuteur peut ne pas se sentir concerné, ou ne connaît pas le dossier...
Avec la Fnae au téléphone, on a plus de facilités à parler qu'à des organismes locaux.
Autre exemple, la Fnae nous indique comment créer des tarifs. Certains auto-entrepreneurs peuvent casser les prix et se retrouver avec beaucoup de clients sans pour autant gagner leur vie.
L'auto-entrepreneur est seul et n'ose pas demander, c'est dommage car la Fnae a toutes les informations en main !

Avez-vous téléchargé le pack documentaire d'aide à la création d'une activité d'auto-entrepreneur ?
Oui, mais bien après la création de mon entreprise, c'était plus pour vérifier certaines choses.

Dans quelle mesure vous a-t-il été utile ? Quels sont les avantages de ce guide ?
Il m'a par exemple permis de confirmer au niveau comptabilité que ce que je faisais était bien, de confirmer ce que je pensais, que j'étais dans le bon chemin. On a quand même des comptes à rendre à l'URSSAF, comment on fait une facture avec le n° de SIRET, comment on déclare ses cotisations sociales...
Personnellement, je le fais par https://www.net-entreprises.fr, comme ça je n'ai rien à renvoyer par courrier, c'est plus pratique.

Y a-t'il des choses qui mériteraient selon vous d'être ajoutées aux services de la Fnae ?
Pas grand-chose de mon point de vue dans la mesure où mon projet était bien pensé à l'avance (ce que je recommande d'ailleurs à tous les futurs auto-entrepreneurs). Peut-être des partenariats pour un développement à l'exportation, mais peu d'auto-entrepreneurs sont dans cette optique.

Avez-vous utilisé d'autres services de la Fnae (formation, kit des experts comptables, modèle de business plan) ?
Le business-plan, oui, et je m'en sors encore car je suis toujours en train de monter des projets. Il est bien fait, adapté à toutes les situations je trouve, c'est une très bonne base, il n'y a plus qu'à le compléter en fonction de son projet.
Dans les fiches pratiques il y a pas mal d'informations, sur les chèques-emploi service par exemple, peut-on être payé en chèque CESU ? Quand on veut devenir pâtissier chez soi, il faut avoir un laboratoire chez soi, quand on est pizzaïolo ambulant aussi, il y a des choses très réglementées qui ne s'inventent pas.

Pour quelles raisons recommanderiez-vous la Fnae à une personne qui souhaite devenir auto-entrepreneur ?
Pour l'assistance téléphonique, l'aide juridique sur des cas particuliers. En tant que formateur professionnel, je trouve les formations dispensées par la Fnae très complètes, très bien adaptées à la création d'entreprise. 

Retrouvez l'article sur Comment ça marche, L'auto-entreprenariat, un excellent statut pour se lancer à son compte


0 Commentaire