Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

On en parle sur la Toile 30ème semaine


Pour vous, la Fédération des auto-entrepreneurs a surfé sur le Net cette semaine et a glané tout ce qui pouvait vous intéresser à propos du statut. En voici la synthèse…

 

 

Une fois encore, cette semaine, le tout jeune statut de l’auto-entrepreneur fait les gros titres des journaux et des sites d’informations.  Il faut dire que le bilan des six premiers mois d’existence du statut a été communiqué cette semaine par le ministère de l’Économie et qu’Hervé Novelli a donné une conférence de presse sur le sujet.

  • Les chiffres : 182 000 Français ont choisi ce régime pour lancer leur activité. La polémique de la semaine dernière sur le nombre  de déclarations et sur le nombre réel d’auto-entrepreneurs aura donc été de courte durée : sur les 265 000 déclarations, il a fallu retirer les doubles déclarations et les personnes non éligibles à ce statut pour arriver à ce chiffre de 182 000 auto-entrepreneurs déclarés en un semestre. Le succès du statut ne semble pas se démentir et entraîne avec lui l’augmentation historique du chiffre de créations d’entreprises : 51 247 pour le mois de juin, soit  une augmentation de 5,8 % par rapport au mois de mai

    [1]

    . 66 % des auto-entrepreneurs sont des hommes et la moyenne d’âge est de 40 ans (le nombre de jeunes et de retraités est plus important que pour les entrepreneurs traditionnels).  Parmi ces hommes et femmes, 33 % sont salariés par ailleurs et 25 % sont des chômeurs éligibles à l’ACCRE.

  • Les analyses dans les médias : beaucoup de sites d’information et de journaux reconnaissent le succès que rencontre le statut et en rendent compte cette semaine. Beaucoup aussi rappellent la limite de ces chiffres : on ne sait pas encore comment ce phénomène va se traduire en terme de création de richesse, de chiffres d’affaires pour les auto-entrepreneurs et de recettes fiscales pour l’État. Si bien que se côtoient des titres tels  que « Auto-entrepreneur, ça cartonne

    [2]

     » (le Journal du Dimanche) ou « Le régime de l’auto-entrepreneur est un succès

    [3]

     » (NetEco.com) et des titres plus circonspects tels que « Auto-entrepreneurs : le statut séduit, l’impact reste à évaluer 

    [4]

    » (Le Monde) ou encore « Questions autour du boom des auto-entrepreneurs

    [5]

     » pour l’Expansion.com. Il est évident que, si les chiffres montrent l’engouement des Français pour ce jeune statut, cela n’en fait pas pour autant LA seule réponse à la morosité économique ambiante et le tapage médiatique entretenu autour de ce nouveau dispositif ne doit pas faire passer le statut pour ce qu’il n’est pas, la solution à tous nos maux.

  • La conférence de presse : Hervé Novelli s’est félicité, mardi 21 juillet, de cet engouement qui ne s’essouffle pas. Il a notamment déclaré que « Le dispositif de l'auto-entrepreneur est un succès impressionnant, bien au-delà de ce que nous avions escompté», et qu’ « En six mois, ce dispositif a permis d'augmenter le nombre de créations d'entreprises de plus de 100.000. » L’enthousiasme est de mise au vu de ce bilan plus que positif. Mais ce qui fait le succès du statut, c’est son pragmatisme. Un pragmatisme qui ne s’accommode pas forcément bien avec les déclarations telles que « Ce nouveau régime modifie complètement la donne en matière de créations d'entreprises ». Il semble que plus le succès rencontré par le statut sera surinvesti par des hommes politiques en quête de bonnes nouvelles, plus les titres des journaux seront marqués par le perplexité et la méfiance et plus on s’éloignera de ce qu’est réellement le statut : un dispositif simple et innovant qui ne prétend pas être LE remède anti-crise, mais un moyen de créer un revenu complémentaire ou de tester une nouvelle activité.

     

     

 


0 Commentaire