Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

La Fnae donne deux conseils dans Metronews


Premier sujet : la CFE

C'est une sorte de taxe professionnelle à laquelle les autoentrepreneurs sont soumis. La cotisation foncière des entreprises (CFE) leur est réclamée même si c'est une activité d'appoint qui ne sert qu'à arrondir les fins de mois.

"Elle s'élève en moyenne à 224 euros pour un chiffre d'affaire moyen de 12.000 euros, soit 1,8% en moyenne. Mais dans certaines communes, elle peut s'élever à 300 euros pour quelqu'un qui n'aurait fait que 100 euros de chiffre d'affaire", explique à metronews Grégoire Leclercq, président de la Fédération des autoentrepreneurs (Fnae), qui se bat depuis 2010 pour que cette cotisation soit totalement proportionnelle au chiffre d'affaire.

Lire l'article complet ici !

Second sujet : l'immatriculation

Cette démarche est gratuite mais nécessite de rassembler une dizaine de documents, tels que le formulaire P0 CMB Micro-entrepreneur, une déclaration sur l'honneur de non condamnation, une attestation sur l'honneur d'information du conjoint si vous êtes marié sous un régime de communauté...

Vous devez rendre votre dossier avant le 19 décembre à votre CFE, c'est-à-dire au greffe du tribunal de commerce si vous êtes commerçant ou à votre chambre de métiers si vous êtes artisan.
Problème : il arrive que le dossier soit considéré comme incomplet. "Les chambres facturent alors des frais de conseils, d'une soixantaine d'euros, pour constituer le dossier à votre place", regrette Grégoire Leclercq, président de la Fédération des autoentrepreneurs, cité par Les Echos.

► Quelles sanctions ? Jusqu'à 4500 euros d'amende
Etant donné que l'immatriculation n'apporte pas d'avantage, vous pourriez être tenté de ne pas vous plier à cette obligation. Attention, en cas de contrôle de l'Urssaf ou de l'Inspection du travail, vous vous exposez à une amende de 4500 euros.

| STAGE OBLIGATOIRE POUR LES ARTISANS |
Depuis l'été 2014, les autoentrepreneurs artisans qui se lancent doivent effectuer un stage de 30 heures et facturé 180 euros encadré par les chambres de métiers avant de commencer leur activité. Problème : l'attente est de plusieurs semaines en raison du nombre de demandes.

Lire l'article complet ici
 


0 Commentaire