Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

La Fnae soutient la Loi Macron dans le Monde


Denis Cosnard, Journaliste au Monde, revenait mardi 10 novembre 2015 sur la Loi Macron 2. Extraits :


Il fut un temps où les projets de loi correspondaient à une réforme précisément définie au préalable, comme le passage aux 35 heures. Avec son projet, le ministre de l’économie teste un autre modèle, celui de la réforme participative. Au lieu d’assener des solutions, le gouvernement fixe un cadre très général – une loi sur les « opportunités économiques » liées notamment à l’essor du numérique –, avance quelques têtes de chapitre, et incite tous ceux qui se sentent concernés à apporter leur pierre à l’édifice. « Une sorte d’Odyssée », dit M. Macron, qui a embarqué dans l’aventure des experts, des fonctionnaires, des créateurs d’entreprises, etc.

Une quarantaine d’entre eux, comme l’économiste Jean Pisani-Ferry ou la présidente de l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) Catherine Barbaroux, ont participé ces deux derniers mois au comité mis discrètement en place pour préparer la réforme. Leurs travaux ont été nourris par un rapport du Conseil d’analyse économique, tandis que le député (PS) Pascal Terrasse défrichait de son côté les questions de l’économie collaborative, dans le cadre d’une mission confiée par Matignon. Ce membre de l’aile droite du parti socialiste pourrait être nommé rapporteur du futur texte à l’assemblée.

Enthousiasme de la fédération des autoentrepreneurs

L’étape suivante, entamée lundi, consiste à partager publiquement le diagnostic sur les freins à la croissance, et à faire appel aux bonnes volontés. Une façon pour M. Macron d’aplanir le terrain, alors qu’une fraction de la gauche lui reste hostile et que sa première loi n’a pu être adoptée qu’en recourant à l’article 49-3 de la Constitution.

« Au lieu de faire croire que le législateur sait tout, on écoute tout le monde, on fait travailler la société civile, c’est génial ! » Grégoire Leclercq, le président de la Fédération des autoentrepreneurs, se montre d’autant plus enthousiaste que le projet de loi pourrait favoriser le recours à ce dispositif et faciliter la transition vers un statut plus classique.

Source: 
Le Monde

0 Commentaire