Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Radins.com revient sur les chiffres de l'ACOSS et les réactions de la Fnae


L'auto-entreprise séduit mais est-ce vraiment un succès ? Décryptage fait par ANNE-SOPHIE SZMIDT pour le site Radins.com

Le chiffre du million d'auto-entrepreneurs est bientôt atteint, cependant plus de la moitié fait un chiffre d'affaire nul. Que nous cache ce régime créé en 2009 par l'Etat ?

L'évolution de ce régime

Selon l'Acoss, l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale qui gère notamment l'URSSAF, le chiffre d'un million d'auto-entrepreneur sera bientôt atteint, soit 984.500 auto-entrepreneurs actifs, un succès qui représente 73.400 enregistrements en plus par rapport à 2013.
Parmi eux, 278.000 ont une activité de ventes, 376.800 une activité de prestations et 280.200 exercent dans le champ des professions libérales.

Une création d'entreprise sur deux passe aujourd'hui par l'auto-entreprenariat, trois personnes sur quatre n'auraient pas créé leur entreprise sans cette formule rapide.

Devenir auto-entrepreneur avait pour objectif la réduction du travail au noir, la possibilité de se constituer un complément de revenus, de créer son entreprise facilement, de réduire les charges... Plus concrètement, ce système devait dynamiser la création d'entreprises en passant par une première étape, l'auto-entrepreneur.

Plus de la moitié des créateurs se sont lancés sur une activité différente de leur métier de base. Le commerce, le bâtiment, de l'automobile et du conseil ont le vent en poupe, contrairement aux domaines de l'hébergement-restauration, de la santé, de l'immobilier ou du transport qui sont moins pris d'assaut par les créateurs d'entreprises.
Ainsi, la situation des personnes choisissant ce statut est de :
- 33% des auto-entrepreneurs sont des demandeurs d'emploi,
- 12% sont sans activité professionnelle,
- 6% sont des retraités,
- 5% sont des salariés du public
- et 5 % sont des étudiants.

Des radiations importantes enregistrées

Ainsi le développement du chômage a joué un rôle important dans ce succès, tout comme « la suppression du dispositif des heures supplémentaires non fiscalisées, de nombreux actifs ont compensé le manque à gagner en travaillant en tant qu'auto-entrepreneur » selon Atlantico.
Les entreprises y ont recours davantage pour des missions courtes ou de moyenne durée qui nécessitent des compétences que l'entreprise n'a pas forcément en interne.

Côté chiffre, l'auto-entreprise aurait dégagé 6,5 milliards d'euros l'année dernière mais 49% d'entre eux n'auraient pas réalisé de chiffre d'affaires au premier trimestre 2014. Le chiffre d'affaires trimestriel moyen d'un auto-entrepreneur avoisine les 3.000 €, soit 1.000€ par mois, ce qui est correct en tant que complément de revenu et mince si c'est le salaire principal. Seulement 5% d'entre eux déclarent plus de 7.500 € au premier trimestre 2014.

«...Beaucoup de structures sont jeunes et fragiles », estime Grégoire Leclercq, Président de la Fédération des autoentrepreneurs.
C'est ainsi que 227.000 radiations ont été enregistré en 2013, souvent des jeunes, et cela s'explique par l'absence de chiffre d'affaires entraînant la radiation automatique après 8 trimestres consécutifs sans chiffre d'affaires. Puis, une minorité s'oriente vers le régime des travailleurs indépendants classiques qui impose des règles différentes en termes de fiscalité et de protection sociale.


0 Commentaire