Etre Salarié du privé et auto-entrepreneur
image/svg+xml
Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Exceptionnellement en devenant membre sympathisant (gratuit) vous accédez à tout le contenu du site

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Etre Salarié du privé et auto-entrepreneur


Sommaire

Démarrer une activité indépendante sans lâcher son boulot était compliqué, voire impossible à gérer il n’y a encore pas si longtemps.
 
 
Extrait du Guide pratique de l'auto-entrepreneur, éditions Eyrolles

Avec son formalisme allégé (déclaration d’activité simplifiée, obligations comptables rudimentaires), l’auto-entreprenariat modifie la donne : désormais, tous les salariés du privé, quel que soit leur contrat de travail (CDI, CDD, temps partiel, contrat d’accompagnement dans l’emploi, etc.), peuvent se lancer.

Vos engagements vis-à-vis de votre employeur

Si l’aventure vous tente, vous n’avez aucune déclaration préalable à faire auprès de votre employeur, ni de limite d’heures à ne pas dépasser au titre de votre activité d’auto-entrepreneur. Vous pouvez, par ailleurs et sous certaines conditions, obtenir un congé non rémunéré d’un an pour création d’entreprise (renouvelable une fois). En revanche, la législation vous impose d’autres contraintes. Ainsi, vous devez exercer en dehors des horaires de travail de l’entreprise.

De plus, vous êtes tenu à un devoir de loyauté à l’égard de votre employeur : sauf accord exprès, vous ne pouvez pas utiliser le matériel et/ou les locaux de la société et encore moins démarcher les clients de l’entreprise pour votre propre compte. Vous vous interdirez également de dénigrer les produits, les services ou la politique de votre employeur.

Vérifiez votre contrat de travail : il est possible que, dans des bornes fixées par la jurisprudence, des restrictions limitent votre droit de créer une entreprise et/ou que votre obligation de loyauté (une clause de non-concurrence par exemple) se prolonge après avoir quitté la société.

Devenir auto entrepreneur durant un congé sans solde

Les congés sans solde ne sont pas soumis à un cadre juridique particulier. Si l’employeur autorise un salarié à prendre des congés sans solde, rien n’empêche celui-ci de mettre à profit ce temps pour créer son entreprise, dans le respect de son obligation de loyauté envers son employeur.

Les clauses limitatives du contrat de travail 

La clause d’exclusivité est une mention du contrat de travail destinée à empêcher le salarié concerné d’exercer une autre activité professionnelle pendant la durée de son contrat de travail, pour son propre compte, ou pour un autre employeur. Cette clause ne peut pas vous être opposée par votre employeur au cours de la première année de création de votre entreprise.

La clause de non-concurrence a pour but d’empêcher le salarié d’exercer une activité professionnelle concurrente susceptible de porter préjudice à son employeur après la rupture de son contrat de travail.

Pour être opposable au salarié cette interdiction doit :

  • servir la protection des intérêts de l’entreprise ;
  • être limitée dans le temps et dans l’espace ;
  • tenir compte des spécificités de l’emploi du salarié ;
  • comporter une contrepartie financière.

    À défaut de remplir ces conditions, les tribunaux risquent fort de considérer que la clause de nonconcurrence est inapplicable.

Les cotisations sociales

En France, le principe de solidarité commande que des cotisations sociales soient dues sur chaque source de revenu. Par conséquent, le salarié, tout comme l’étudiant, le demandeur d’emploi ou le retraité autoentrepreneur, doit payer des charges sociales au titre de son activité indépendante, même s’il bénéficie d’une couverture sociale par ailleurs.
Ces versements sociaux sont calculés en fonction de taux appliqués au chiffre d’affaires réalisé (lire en page 90).

Les organismes collecteurs n’accordent pas de réduction particulière sur les cotisations, quand bien même ils ne vous verseraient aucune prestation. En effet, dans les faits, lorsque vous exercez plusieurs métiers (salarié et entrepreneur par exemple), vous ne pouvez prétendre au bénéfice de prestations sociales qu’auprès du régime correspondant à votre activité principale.

En revanche, tant que votre activité principale reste le salariat, vous continuez à bénéficier des allocations familiales gérées par votre Caisse des Allocations Familiales (CAF) ou la Mutualité Sociale Agricole (MSA).

Comment déclarer votre revenu de salarié lorsque, en parallèle, vous êtes auto-entrepreneur ?

Vous continuez à inscrire dans votre déclaration d’impôt sur le revenu vos salaires dans la catégorie des traitements et salaires.

L’exonération de charges sociales

En tant que salarié-créateur, vous pouvez solliciter l’URSSAF pour une exonération des charges sociales sur 3 ans mais à une double condition :

  • Avoir exercé au moins 910 heures d’activité salariée au cours des douze mois précédant la création de l’entreprise ;
  • Maintenir au moins 455 heures d’activité salariée dans les douze mois qui suivent le démarrage de l’entreprise.

Pour justifier que ces conditions sont bien remplies, il est nécessaire de joindre à votre demande d’exonération un justificatif : attestation de l’employeur ou copie des bulletins de salaire. En pratique, la demande est adressée sur courrier simple à chaque organisme social dont vous dépendez au titre de votre activité indépendante :

  • pour les artisans et les commerçants : la Sécurité Sociale des Indépendants;
  • pour les professionnels libéraux : la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI) (au titre de la maladie), l’URSSAF (pour les allocations familiales) et la caisse d’assurance vieillesse dont vous dépendez.
    Dans l’idéal, le salarié auto-entrepreneur formulera sa demande d’exemption à l’issue de sa déclaration d’activité au Centre de formalités des entreprises (CFE) et, au plus tard, avant la fin de la période d’exonération. Cette franchise porte sur vos cotisations obligatoires personnelles (assurance maladiematernité, assurance veuvage, vieillesse, invaliditédécès et cotisations d’allocations familiales) dans la limite d’un revenu de 120 % du SMIC.

Restent dues la CSG/CRDS, les cotisations d’accidents du travail et la retraite complémentaire obligatoire. Si vos revenus excèdent le plafond de 120 % du SMIC brut (18 433 euros en 2008), vous bénéficierez de l’exonération de charges sociales pour la partie de vos gains ne dépassant pas ce seuil. Seuls les revenus supérieurs à cette limite seront soumis à cotisations sociales. Au cours de cette période d’exonération, vous ne pourrez pas bénéficier du régime microsocial (lire page 89) ouvert aux auto-entrepreneurs.

Votre assurance chômage

Enfin, imaginons que vous soyez devenu auto-entrepreneur après avoir été licencié ou avoir démissionné de votre emploi de salarié. À l’époque, vous aviez créé votre entreprise sans déposer de demande d’allocation chômage. Hélas, vous êtes contraint de mettre fin à votre activité indépendante : vous pouvez malgré tout faire valoir vos droits à des indemnités chômage au titre de l’activité salariée antérieure, durant les trois ans qui suivent la fin de votre emploi salarié. Voilà un filet de sécurité fort appréciable.

En pratique

Vous étiez salarié depuis plusieurs années. Vous avez subi un licenciement le 1er mars 2009 avec un préavis de deux mois non effectué. En septembre 2009, vous créez votre entreprise sous le régime de l’auto-entrepreneur. En cas d’échec de votre activité indépendante, vous disposez de trois ans pour bénéficier de vos droits à allocations chômage au titre de votre ancien statut de salarié.

Source : L'entreprise, Gilles Daïd et Pascal Nguyen

-


Trustpilot