Pour accéder à tout le contenu, rejoignez dès aujourd'hui la Fédération des Auto-entrepreneurs !

Exceptionnellement en devenant membre sympathisant (gratuit) vous accédez à tout le contenu du site

Comme 80.000 membres avant vous, regroupez-vous et faites-vous entendre !

J'ADHERE

Un plan de relance pour accompagner les indépendants, les commerces de proximité et les artisans


L’épidémie de Covid-19, si elle n’est pas terminée, a eu dès le début de graves conséquences sur l'activité des travailleurs indépendants. Elle a laissé des traces : inquiétudes pour les mois à venir, manque de trésorerie, relance difficile pour certains...

Dans cet esprit, le ministère de l’Economie met en place un plan de relance en trois volets pour accompagner les professionnels durant la phase de reprise:

  • simplifier la trésorerie et l'environnement de travail
  • accompagner la transformation numérique et écologique des artisans
  • dynamiser le commerce de proximité dans les territoires.

Ces mesures viennent compléter celles déjà instituées en octobre 2019 pour renforcer l’artisanat et le commerce de proximité.

Elles ont déjà été complétées par

  • le fonds national de solidarité auquel les autoentrepreneurs ont eu recours depuis le mois de mars
  • les prêts garantis par l’Etat (PGE).

La réduction des cotisations et le fonds prolongé

Une activité qui s’arrête du jour au lendemain sans crier gare, des commandes stoppées net, des stocks de nourriture ou de fournitures que l’on ne peut plus écouler : ces facteurs exceptionnels ont eu raison de la trésorerie des indépendants et professionnels qui n’ont pu continuer leur activité.

Dans ce cadre, des mesures d’accompagnements supplémentaires sont mises en place.

Les mesures spéciales pour les microentreprises

Parmi celles spécifiques aux autoentrepreneurs :

  • la réduction des cotisations sociales au titre de l’année 2020. Sur ce point, nous attendons toujours la forme qu’elle prendra pour les microentrepreneurs; une mesure qui pèse pour un montant global de 400 millions d’euros
  • le prolongement du fonds de solidarité jusqu’en décembre, selon certaines conditions
  • la suppression de la condition de refus du PGE pour bénéficier du second volet du fonds
  • pour les entreprises qui relèvent des secteurs sensibles, des mesures spécifiques sont mises en place

Les mesures pour les TPE et les TI classiques

Pour les autres régimes,

  • les TPE qui emploient des salariés vont bénéficier automatiquement d’une exonération des cotisations et contributions patronales sur la période du 1er février au 30 avril 2020
  • les TPE titulaires de contrat Madelin ou de plans d’épargne retraite individuels issus de la loi Pacte pourront faire un rachat total ou partiel pour un maximum de 8000 euros (2000 euros seront défiscalisés)
  • pendant trois ans, les TI classiques qui n’adhèrent pas à un organisme de gestion agréé ne seront pas majorés de 25%.

Redynamiser le commerce de proximité

D’une manière plus générale, le gouvernement affiche sa volonté de redynamiser le commerce de proximité et prévoit à cet effet d’aider les collectivités territoriales à créer des foncières*, jusqu’à 100 sur tout le territoire et notamment dans les territoires fragilisés..

*Une foncière est une entreprise qui détient un parc immobilier dans le but de le louer. Ainsi les communes, métropoles, et globalement l’ensemble des collectivités territoriales pourront acquérir des locaux pour les mettre ensuite en location afin de relancer les petits commerces avec un loyer modéré.

Une mesure qui tombe à pic ! Les petits commerces, délaissés au début des années 80 avec l’arrivée des grands centres commerciaux, ont prouvé leur rôle pendant cette période de confinement, d’autant que le consommateur est de plus en plus sensibilisé aux circuits courts.

L’objectif affiché est ainsi de rénover au moins 6000 commerces sur cinq ans.

Une mesure qui pourra intéresser les autoentrepreneurs avec pignon sur rue ! Un loyer modéré leur permettra ainsi plus facilement de s’installer dans un local (attention toutefois sur le long terme à bien s’assurer que la forme de la micro-entreprise est adaptée, en fonction des charges de fonctionnement).

Une campagne de communication est prévue à l’automne 2020 pour promouvoir l’artisanat et le commerce de proximité.

Aller vers le numérique

On l’a vu pendant la crise, certains territoires n’ont pas hésité à développer des plateformes où les commerces pouvaient faire la promotion de leurs produits et prendre des commandes.

Déployer l'activité des commerçants

Du côté de la restauration, des plateformes déjà installées ont su s'adapter en proposant aux restaurateurs la mise en place rapide d'un service de livraison ou de vente à emporter.
Grâce à ces initiatives, les restaurateurs ont maintenu et maintiennent encore une activité ou développent une nouvelle source de chiffre d’affaires.

Le recours au numérique a également démontré aux commerçants la nécessité de s’adapter aux nouveaux modes de communication afin de faire face à la concurrence des plateformes de commerce en ligne comme Amazon.

S'adapter aux nouveaux modes de consommation

Le consommateur est devenu exigeant et achète de plus en plus « en un clic ». Proposer ses services aussi bien en boutique qu'en ligne permet de s’adresser de manière pérenne aux différents profils des consommateurs.

C’est dans cet esprit que le plan du gouvernement prévoit d’accélérer la numérisation des TPE, et ce, dès le mois de juillet par la mise en place d’un parcours sur mesure pour les aider à augmenter leur chiffre d’affaires lié au numérique.

Nous attendons la forme de ce parcours (formation, financement de site internet) et les conditions d’éligibilité.

-


Trustpilot